Aids01

À un moment précis, deux fois par jour, les aiguilles des montres sur ce panneau s’alignent pour former une phrase et livrer ce message : « Toutes les 12 heures, en Afrique, plus de 2000 personnes meurent du sida faute d’accès aux soins. » En Afrique, plus de 1 600 000 personnes meurent annuellement du sida, principalement parce qu’elles n’ont pas accès à des traitements appropriés. Solidarité sida cherche à alerter la population européenne et à agir afin de corriger cette situation. L’installation de 2m par 2m, conçue en collaboration avec Nadine Grenier, est composée de 321 horloges. Ce concept n’est pas sans rappeller le site de Humansince1982

Aids02

Est-ce qu’une publicité de type guérilla, lisible seulement deux fois par jour peut prétendre rejoindre un public de masse ? Le site internet de Sida solidarité ne relaye pas la suite de la campagne. Brillant, mais est-ce efficace ?


11 commentaires sur «Solidarité Sida»

  1. 1 Laurent

    moi j’aime bien l’idé. Ce n’est pas ce qui a de plus éfficace, sauf bien sur si c’est au heure de pointe que le message s’affiche….. mais je crois que le créateur a bien vu l’aspect temps.

  2. 2 A Senh Tsan

    C’est cool! J’aime vraiment l’idee d’utiliser des aiguilles (sans changer leurs composantes) pour former des phrases. Mais seulement deux fois par jour? le message ne passera pas.

  3. 3 Bruno Cloutier

    J’ai l’impression que c’est le genre de truc qui va piquer la curiosité des gens beaucoup plus qu’une simple affiche parfaitement claire et qui, par le fait même, aura beaucoup plus de force.

    Déjà, même si le message n’est pas visible en tout temps, on fait mention du sujet, avec un lien vers un site web. On sait donc de quoi on parle. Les aiguilles nous communiquent aussi une certaine idée, probablement celle que le temps presse, qu’il faut agir.

    Le fait que le message ne s’affiche que deux fois par jour lui donne plus de force selon moi. Il se passera d’ailleurs probablement plus par voix orale que par la lecture, du genre, quelqu’un demande à son ami ce que c’est que ce machin en passant à côté, et l’autre lui explique l’idée, laquelle sera retransmise à quelqu’un d’autre simplement parce que cet objet est plus intéressant qu’un affichage ordinaire qui passe totalement inaperçu dans le décors, qu’il donne envie qu’on parle de lui.

    Et au final, les deux phrases affichés constituent-elles le message principal? Je pense que non, ce ne sont que des statistiques. On aurait pu en trouver bien d’autres. La force réside dans le concept, dans la force de l’idée même.

    Mais qui suis-je sauf quelqu’un qui ne connaît rien à la communication…

  4. 4 Marc Serre

    Ce concept est persuasif, et je suis sur que les visiteurs vont se souvenir de l’installation. Mais comment comparer 1000 voire 2000 personnes touchées personnellement comparé à une campagne d’affichage moins bonne mais qui toucherait 500 000 à un 1 000 000 de gens?

    Ce genre d’installation, d »événement me semble pertinent seulement si il est relayé par d’autre canaux de com.

    Je suis toujours séduit par ce genre d’idée, mais je sais par expérience qu’un client est toujours frileux d’investir 20K $ dans un ‘stunt » supafunky qui va toucher une fraction du public cible. Pour persuader davantage les annonceurs, ll faudrait peut-être pouvoir mesurer l’effet viral d’une installation comme celle-ci. Est-ce que ce type de mesure existe ?

  5. 5 A Senh Tsan

    D’apres moi il faudrait que le message soit clair et facile à assimiler. J’aime énormément cette idée, mais sa lecture est de deuxième niveau. Une chance qu’il y a une vignette qui explique l’enjeu. Mais combien de personne, apres une marche dans le centre-ville, se souviendra du siteweb et prendra le temps d’approfondir ce questionnement? Peu.

    Il ne faut pas se le cacher, les gens sont paresseux de nature. Regardez toutes les innovations et toutes les inventions pour accomoder notre paresse hehe.

    Bon, je divague du sujet, j’aime quand même l’installation. Je vois ca plus comme une piece d’art qu’une ‘affiche de sensibilisation’. :)

  6. 6 Thomas

    Bonjour et merci pour cet article. J’ai pris des images vidéo de cette installation mais je n’y étais pas au moment de l’affichage du message. En même temps les aiguilles et le message en bas à droite sont déjà assez éloquents.

    En complément de cela, je profite de ce commentaire pour présenter un travail que nous avons réalisé à l’occasion de la venue d’une vingtaine de responsables d’associations au festival Solidays. Nous les avons intérrogé sur leur définition de la solidarité : le résultat est sur cette note de ce blog : http://rencontresolidays.solidairesdumonde.org/archive/2009/06/26/qu-est-ce-que-la-solidarite.html

    A bientôt
    Thomas

  7. 7 Martin Ouellette

    Selon alexa, le site a connu une croissance de trafic de 110% en 3 mois et est encore en croissance, il y a 174 sites qui pointe vers celui-ci et 87% du trafic est Français. Ce ne sont pas les seuls mesures, on ne sait pas s’il y avait une autre campagne en même temps, mais ça peut participer.

    La valeur de ce genre de stunt est en effet dans sa viralité, dans son potentiel a devenir un sujet de conversation. Ça se mesure difficlement en effet. Mais un 30 secondes télé aussi.

    Ce que l’histoire ne dit pas, c’est l’emplacement du panneau. Peut-être est-il placé devant le Ministère de la santé ou un poste de télé. Alors, son objectif n’est pas la « masse » (dieu! que je hais cette expression) mais un décideur en particulier.

    En absence de contexte, on peut effectivement que saluer l’intelligence de la communication. Et de voir de belles idées, c’est agréable pour nous tous. Ou encore on peut trouver que la récupération publicitaire d’un concept artistique n’est que ça, de la récupération.

  8. 8 Jean-Philippe Dugal

    Plagiat.

    http://www.fubiz.net/2008/11/28/n-1-experimental-research/

    Mais bon. Faut dire que l’idée reste très poétique le fait qu’elle est efficace seulement que 2 minutes par jour.

  9. 9 Jon Noel

    Plagiat? Ils nous manques d’information pour accuser. Il est possible que le(s) créateur(s) ont demandé la permission de l’artiste (Nadine Grenier) d’approprier le concept.

    Ce que je trouve le plus inspirant c’est l’utilisation du medium pour ce qu’il dénote déjà. Le message se déchiffre à tout les 12 hrs comme la statistique qui cherche à nous rejoindre. « Toutes les 12 heures, en Afrique, plus de 2000 personnes meurent du sida faute d’accès aux soins. ».

    Ce genre de publicité est un coup de soleil, Ça reste avec toi pour 3-4 jours minimum et tu le mentionnes a tes amis. :P

  10. 10 Antoine Nonnom

    non non non. mais quelles sortes de communicateurs êtes-vous ?

    un organisme qui se paie (ou se fait commanditer) un billboard et n’obtient que deux minutes de réelle visibilité par jour… moi j’appelle ça un echec total.

    « oui mais c’est intriguant et ça fait parler ». n’importe quoi. cette cause a besoin de dons, pas de « curiosité ».

    l’article ci-haut dit que « Solidarité Sida cherche a alerter la population européenne ». je répète « alerter ». pas à intriguer quelques amateurs de puzzle.

    je ne suis pas un vieux de la vielle, comme on dit ici, mais je suis de ceux qui pensent que la curiosité du public n’est piquée que 2 secondes par un billboard de ce genre. personne n’aura envie de se demander « mais voyons, à quelle heure devrais-je passer pour réussir à élucider ce mystère ?… »

    je rêve.

  11. 11 Bruno Cloutier

    Et combien de temps la curiosité collective sera piquée par une autre pièce de communication invisible et sans intérêt pour un organisme à but non-lucratif? On aurait peut-être pu nous montrer (encore) des photos d’enfants mourant le visage plein de mouches. Triste à dire, mais ça ne semble plus rien faire à personne.

    Sauf que je ne suis pas communicateur, et pour être franc, la communication ça m’emmerde royalement. Donc qui suis-je pour juger.

    - -

    D’un autre côté, il faut remettre cet objet en contexte.

    1. Il a été présenté dans le cadre du festival Solidays qui a pour but de faire la promotion de la lutte contre le SIDA. Ce n’est pas un objet qu’on dépose au coin de n’importe quelle rue en espérant recueillir des dons.

    2. L’image de cet objet, avec le message clairement lisible, a été récupéré afin de créer des publicités imprimées.

    3. L’objet a initialement été développé par Nadine Grenier dans un tout autre contexte, à titre de projet lors de la biennale de Saint-Étienne. L’objet ayant fait parler de lui sur internet, l’organisme a probablement décider de la récupérer.

    - -

    Et désolé Étienne, Nadine Grenier, c’est elle qui a créé l’objet initial. Il a été repris et réadapté à un contexte de rue par une agence européenne, mais elle a participé au projet.

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles