Design Thinkers à Toronto

Mercredi, jeudi et vendredi dernier a eu lieu le Design Thinkers à Toronto. Une conférence sur le rôle du design graphique dans le monde des affaires et de la société. Une belle brochette de conférenciers y était; Stefan Sagmeister, Hillman Curtis, James Victore, Louis Gagnon, Greg Hoffman, Tony Fish, Tom Brown, Abbott Miller. Chaque conférencier était invité à répondre à une différente question.

Voici mon top 3…

J’ai assisté à celle de Hillman Curtis qui nous expliquait l’importance de trouver l’équilibre entre le travail commercial et l’épanouissement personnel. Bien important d’avoir un terrain de jeu créatif, une récréation de temps en temps du corporatif. Son terrain de jeu à lui, la réalisation de courts métrages pour le web. Pas le meilleur présentateur, mais le gars est attachant et à un sens de l’humour assez pointu. Je vous conseille fortement d’aller voir les mini-clips sur son site.

« Le monde virtuel l’emporte sur le monde matériel, pourquoi? » était la question posée à Karim Rashid. Il est celui derrière les produits Alessi, Method, Prada et autres produits luxueux. Nous sommes pris avec des archétypes que nous ne voulons pas nous débarrasser, dit-il, et cela peut devenir une barrière. Par exemple, le fait de dormir à 16″ du sol, la forme du verre à vin qui date depuis le 16e siècle, la caméra avec une forme rectangulaire, les boutons sur les manches de veston d’où l’origine était d’empêcher les hommes de se moucher le nez. Selon lui, le design n’est plus une question de résoudre des problèmes, mais plutôt d’embellir rigoureusement nos environnements. Le design, dit-il, a pour but d’embellir nos vies poétiquement, esthétiquement, sensoriellement et émotionnellement. Très bon présentateur, en voilà un qui n’était pas ici pour nous montrer son portfolio. Une question lui a été posée à la toute fin qui demandait ce qu’est le luxe pour lui. Il a répondu « du temps libre ». Ça m’a fait sourire.

Conférenciers
Hillman Curtis, Louis Gagnon, Karim Rashid, Tom Brown, Greg Hofman, Marc Gobé.

La séance de Louis Gagnon de Paprika (la seule en français) portait sur les relations à long terme avec les clients. Est-il possible de conserver cette relation et l’excitation du début? Il nous a montré et expliqué celle avec Baronet, fabricant de meubles, qui dure depuis maintenant 20 ans. C’était intéressant de voir l’évolution de la marque au fil des ans. Beau portfolio, beaux mandats, belle vision.

Pas dans mon top 3, mais, il y avait aussi Greg Hoffman, VP de la marque de Nike. Il nous a expliqué comment faire en sorte que la marque reste forte avec une équipe de 600 personnes. Excellent présentateur, Greg nous a plongés dans le monde de la marque de cette machine. Cependant, les 45 minutes étaient trop courtes pour un sujet (et un ‘brand’ comme Nike) qui aurait pu en prendre 2-3 heures.

Quand même bien organisé comme événement avec de bons invités. Par contre, j’aurais aimé voir plus de conférenciers du Québec. Pas grand monde de Montréal non plus dans l’assistance. Les séances étaient un peu trop courtes en général. Quelques ateliers interactifs avec certains conférenciers auraient été appréciés.

Bref, ce séjour m’amène à me poser quelques questions : nommée par l’UNESCO ville de Design, Montréal est-elle prête pour avoir un tel événement? Avons-nous besoin de ce type d’événement à Montréal ou les journées Grafika d’Infopresse suffisent? Est-ce un bon endroit rassembleur pour les designers ou est-ce seulement une grosse pub pour les conférenciers? Le débat est lancé.


1 commentaire sur «Design Thinkers à Toronto»

  1. 1 Philippe Lamarre

    J’y avais assisté l’an passé. Encore une fois, le line-up des invités était top notch, mais les présentations m’avaient déçu. C’est peut-être la faute d’Internet, mais j’avais déjà vu pas mal tout ce qu’on nous présentait.

    J’aime les conférenciers qui racontent des histoires humaines plus profondes qu’un simple slide-show de leur portfolio accompagné d’anecdotes. Malheureusement, c’est souvent ce qu’on nous offre dans le cadre de ces conférences avec des dizaines de speakers. On privilégie la quantité plutôt que la qualité et on se retrouve avec des présentations que l’on peut voir un peu partout en podcasts…

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles