S’impliquer ou le laisser mourir?

Est-ce qu’il ne serait pas en train de nous glisser des mains, le magazine Grafika ?

Plus les éditions passent, de plus en plus de créatifs se sentent déçus après l’avoir lu, moi inclus… On reste sur notre faim et on en veut plus!

Récemment, la chronique «Tribune» de Jacinthe Pilote commençait à nous faire réfléchir sur notre métier et (enfin!) nous faire marcher les méninges. Mais cette chronique, qui allait dans une bonne direction, est maintenant déjà chose du passé, faute d’intervenants du milieu qui veulent s’impliquer et écrire des textes percutants. Sommes-nous en partie responsables de la désintégration sous nos yeux du seul magazine de design graphique au Québec?

Oui, beaucoup d’entre nous aiment en connaître davantage sur d’autres sphères du design (photo, design d’intérieur ou architecture par exemple). Jusqu’à quel point ont-ils leur place dans un magazine de design graphique : une édition complète, une demi-édition, 3 pages?

Y a-t-il toujours une place pour le Grafika qu’on connait? Vaudrait-il mieux changer la formule du magazine pour une bonne petite brique trimestrielle, afin d’avoir un peu plus de temps pour concocter des éditions de substance?

Pourquoi la majorité des gens du domaine ne sont-ils pas abonnés au magazine? Manque de substance et d’intérêt pour les plus «grands»? Manque de sentiment d’appartenance et de reconnaissance pour les plus «petits»?

Alors, je vous invite tous, chers créatifs, à un brainstorming général : autant les grands que les petits. On peut tous s’apprendre quelque chose et on peut tous avoir des idées géniales et concrètes! (Évidemment, les idées farfelues sont acceptées, vous savez comment ça marche!)

- Suggestions de chroniques & débats
- Ce qu’il manque et ce qu’il y a de trop?
- Une recette de potion magique pour sauver notre magazine québécois?

Mickaël Carlier, vous êtes évidemment invité à vous joindre au débat. Il serait bien de savoir «ce qui pourrait se passer» véritablement avec nos idées.


51 commentaires sur «S’impliquer ou le laisser mourir?»

  1. 1 Bianca L.

    Si le magazine est devenu ce qu’il est, est-ce tout simplement parce que les gens ont peur de leurs opinions personnelles misent à la lecture de tous? Peut-être est-ce pour cela qu’il y a moins de contenu approfondi et + d’entrevues?

    Ou bien ont-ils peur de porter les responsabilités qui viennent avec le fait de parler de quelque chose qu’ils connaissent trop bien ou pas assez?

    Moi je proposerais d’étoffer les entrevues par des textes d’opinions sur le sujet du mois ou sur ce que le designer/photographe/etc voudrait parler. Peut-être même que le designer en entrevue pourrait poser une question sur un sujet et le designer du mois suivant pourrait y répondre et ainsi de suite pour les mois suivants?

    J’ai l’impression aussi que chacun des mois de l’année est consacré à un sujet en particulier, et ce, d’années en années. Les mêmes sujets aux mêmes mois. Il me semble que l’effet surprise que l’on a lorsque l’on achète un magazine est pas mal moins présent.

    Est-ce que l’on voudrait que Grafika devienne plus comme le «magazine» Emigre?

  2. 2 francisco

    me semble que ce débat a lieu tous les 6 à 9 mois. la dernière fois c’était michel valois, je ne sais plus trop sur quelle tribune, mais il faisait état du même constat. je ne veux pas te décourager janick mais c’est un magazine parmi d’autres, pas un service public gouvernemental. c’est pas un droit ce magazine. info-presse ne nous le doit pas. et le fait que la plupart des gens ne sont pas abonnés c’est assez clair par rapport à l’implication du milieu.

    quant au sentiment de déception (qui était un des points de michel la dernière fois), ben ce serait plutôt ça la question. qu’est-ce qui permettrait de l’éviter?

  3. 3 Janick

    Francisco, oui évidemment ce n’est pas un service public et pas un droit. Je sais pas toi, mais moi je préfère essayer de trouver des solutions pour améliorer (et éviter qu’on soit déçu, comme tu dis) celui qu’on a, à la place de chialer le jour où il sera déjà mort.

    Je trouve important qu’on aie un magazine sur le design graphique au Québec, et je ne m’en excuserai pas! Je ne vois pas pourquoi on se remuerait pas les méninges, comme on le fait tous les jours, pour essayer de proposer des idées pour que Grafika s’améliore, qu’il aie plus de contenu, et que dans ces changements plus de gens s’abonnent. C’est un cercle vicieux évidemment, mais il faut bien commencer quelque part!

    ————-
    J’adore ton idée Bianca sur un sujet choisi d’un designer qui passe la question au prochain designer du mois! Ça créerait un peu d’attente et de suspence! haha

    J’aimerais bien penser qu’il serait possible d’avoir une chronique du style: "Connaissance des inconnus". Où on apprendrais chaque mois à connaître 1-2-3 petits studios ou indépendants. D’ailleurs, si les "petits" sont intégrés et interpellés dans le magazine, il en sera beaucoup plus motivant pour nous que de l’acheter!

  4. 4 Marie Pier

    Concrètement, Je m’ennuie de la formule d’il y a quelques années avec la section "studio" où on découvrait le travail (et les visages!) de nos collègues. La section "portfolio" qui suivait présentait pour sa part un illustrateur ou un photographe. C’était suffisant, car utiliser un numéro complet sur l’illustration ou la photographie me semblait un peu exagéré pour une revue sur le design graphique et la production.

    Il faudrait aussi oublier les dossiers qui reviennent chaque année. Un peu de surprises c’est non seulement plaisant, mais cela permet d’aborder de nouveaux sujets plus actuels ou d’actualités.

    D’ailleurs, pourquoi on ne parle pas souvent des aspects "pratico-pratique" du métier! C’est tellement important! Il faudrait une chronique sur des thèmes tels:
    – Les honoraires, quel prix charger?
    – La soumission : comment ne pas se planter
    – Le travail à la pige et ses caractéristiques
    – La promotion
    – Se positionner dans le marché
    – Quand engager un pigiste?
    Un représentant?
    – Les clients à problèmes : cas et solutions
    – Le portfolio : les options

    Le magazine Communications Arts le fait en anglais et cela serait très pratique d’avoir ces informations en français et dans le contexte du Québec (ex : les salaires que l’on retrouve dans leur sondage ne représente pas DU TOUT les salaires du Québec).

    Par contre, c’est très important que Grafika continue de montrer des exemples de projets divers comme il le font dans les premières pages. C’est inspirant de voir toutes ces belles pièces et c’est nécessaire pour continuer d’évoluer.

    Bon j’arrête. À vous.

  5. 5 Janick

    Oui tout à fait! À part la chronique "Tribune", maintenant disparue, les sélection du mois sont ma petite joie du magazine!! Encore là, souvent les même studios (qu’on aime voir, mais d’autres moins connus aussi?!) bien reconnus. Il faudrait peut-être un petit texte un peu plus précis concernant l’envoie de pièces pour les sélections du Mois, invitant les "petits" et "moyens" à le faire sans crainte! Qu’on en découvrirais des projets!!

  6. 6 Dany

    Justement je me disais la même chose à mon moi-même cette semaine… Le Grafika semble perdre son emprise au sein des designers du Québec. D’après moi, ce manque d’intérêt se rapporte au fait que NOTRE magazine ne considère pas les réalités du monde graphique.

    J’aimerais bien y voir des chroniques comme le cite Marie-Pier , et pourquoi pas en savoir plus sur les plus petits, sur la relève, sur les formations académiques, les perspectives futures en ce qui concerne le domaine graphique et un volet sur "le design autour du monde" et pourquoi pas un volet historique !

    Qu’en pensez-vous?

  7. 7 Jean-Sébastien Dussault

    En fait, ce qui me plairait à moi, c’est un magazine québécois sur le design, plutôt qu’un magasine sur le design québécois. Ça se ressemble, mais il y a une nuance.

    Le Québec, bien que très créatif, est quand même petit. Ça serait bien si on s’ouvrait sur ce qui ce fait partout.

    D’accord, j’avoue qu’on a déjà accès à une plétoré de magazine sur le design "international", mais la la ligne editoriale (incluant recherche, sélection des projet, etc) vient d’ailleur.

    On continuerait d’y trouver du stock fait ici, c’est sûr, ça fait partie des choses qui nous touche. Il y aurait des entrevues avec du monde d’ici et de l’étranger, mais ça serait nos questions, nos préoccupations, etc.

    J’ai l’impression qu’un tel magazine aurait également plus de chance de trouver un lectorat à l’étranger. Ça interesse toujours les gens de savoir qu’on parle d’eux-autres ailleur.

    Ces temps-ci, on a le privilège d’héberger l’Icograda. Ça serait bien si on en profitait pour développer et exercer notre point de vue propre sur ce qui se fait dans le monde.

  8. 8 Jean-Sébastien Dussault

    "[...]est-ce tout simplement parce que les gens ont peur de leurs opinions personnelles misent à la lecture de tous? [...]"
    -Bianca L

    Je crois que tu touches un point important ici, Bianca. Ça rejoint ce que je dis, plus haut: le Québec est quand même petit et les degrés de séparation moins nombreux. Ajoute à ça que les québécois ont une nature à vouloir éviter les confrontations…

  9. 9 Janick

    J’aime bien le point de Jean-Sébastien, sur le fait d’explorer un peu le design d’ailleurs dans le Grafika de temps en temps. Ça ajouterait plus de "jus" et de contenu, plus de possibilités de sujets aussi. Ajout de contenu, ajout de visibilité internationnale, ajout d’intérêt, ajout de découvertes et ajout d’apprentissage. Y’a pas grand chose de négatif dans cette idée, à mon avis!!

    C’est sur que la première idée c’est que nos pièce passeront jamais dans le Grafika, Sélections du mois. Mais si plein de petits inconnus envoient leur projets, et si la sélection est doublée à chaque mois, moi je crois qu’il y a de la place pour nous! D’ailleurs, si plein de petits envoient leurs pièces, ils verront (je l’espère) là un intérêt de notre part face à cette section, non?

    J’ai ben été dans le magazine avec mon site Web une fois l’année passé, je vois pas pourquoi Paul, par exemple, pourrait pas aussi! Mais si personne "s’essaye", c’est sûr que personne sera dedans!!

  10. 10 Philippe Lamarre

    Paul, si tu considères une série de commentaires insiginfiants à propos d’un plancher de bois franc comme des "opinions", tu devrais devenir chroniqueur dans le cahier Mon toit de La Presse. Juste le fait que tu ramènes tout à ton âge (coudonc, es-tu si vieux que ça?) prouve bien la minceur de ta réflexion. Tu remarqueras que jamais je ne censure les opinions. Mais oui, je retire tes niaiseries de la liste de commentaires car ils n’ajoutent absolument rien de constructif au débat, ils cassent le rythme. Si tu trouves les commentaires des gens "sans intérêt" [sic], eh bien abstiens-toi d’écrire, va travailler sur quelque chose de facturable. Peut-être seras-tu moins aigri à la fin de la journée.

  11. 11 Janick

    Martin, super ce site!!! (merci pour le lien!) J’avoue que maintenant, une plateforme internet me semble plus intéressante! Tu as un peu changer mon idée de ce que ça pourrait donner, finalement. Plus écolo, moins coûteux, ça aussi c’est assez évident!

    Mais, je ne sais pas, j’ai tendance à penser que si je n’étais plus abonnée à Grafika, je m’abonnerais à un autre imprimé, comme le HOW que j’aime beaucoup. Pas donné, je l’entends, mais retour sur investissement plus concret je trouve. Je sais pas, je suis bien attachée au fait d’avoir un média imprimé. Cependant, de là à savoir si c’est le Grafika qu’il me faut ou un autre d’ailleurs, j’en suis pas certaine!

    Pour en revenir à des idées de sujets, je reprends un HOW que j’ai ici, Octobre 2004: "160 Self-Promotion Annual Winners" (il y a des studios québécois gagnants d’ailleurs). Sur un total de 150 pages, il y a 64 pages consacré à ce concours et gagnants. Le reste, trucs pratiques (et je traduis) "comment se sortir du syndrome de la page blanche"
    "êtes vous prêts à devenir solo, 15 questions pour vous aider à décider"
    "Derrière le design" (quelques pièces choisies, mini-entrevue sur le processus de création de la pièce)
    "Protégez votre portfolio" (jargon, droits d’auteurs, etc.)
    … d’autre sujets évidemment, mais aussi quelques pages de sélection d’objets design d’intérieur, d’achitecture, de logiciels, etc.

    Je crois qu’il est faisable d’avoir du contenu dans Grafika. Mais la question serait-elle, est-ce possible ou réaliste??

  12. 12 Janick

    "pas donné, le HOW". Ouais eh bien voilà une de mes "suppositions" tout à fait fausse finalement. Après vérification faite, 6 petites briques HOW par année reviens plus de 10$ moins cher, incluant taxes et taux de change… Ça m’apprendra à "perler" à travers mon chapeau… Désolée! hehe :)

  13. 13 Jean-Sébastien Dussault

    "[...] une plateforme internet me semble plus intéressante! [...] Plus écolo, moins coûteux"
    -Janick

    J’suis bien d’accord, mais j’aime vraiment aller me parker dans un café ou à l’Utopik pour lire mon Grafika, How, Communication Arts ou X-Men écrit par Joss Whedon.

    Même si, de plus en plus, on peu aller sur le net dans son spot préféré, je trouve que lire sur un ordi ça empêche de relaxer.

  14. 14 Luce Beaulieu

    Oh, wow, merci Janick!

  15. 15 Janick

    Merci de quoi Luce? :)

    Jean-Sébastien, oui moi aussi, comme je disais, je trouve important un média papier québécois. Mais je me demande si je ne suis pas une des seuls à trouver ça important!!! Et plaisant.. et relaxant! Après tout, on passe la majeure partie de notre journée devant l’ordi et sur le Web. Ça change de physiquement toucher le papier en lisant. Et puis après nos heures de travail, on peut bien vouloir lire confortablement dans le vieux divan "smooshy", et pas devant la chaise Bureau en Gros de l’ordi, loin du copain et du chat!

    Jean-François a aussi raison sur ce point je trouve. C’est vrai que si nous on écrit ici, c’est qu’on aime au moins un peu débatre et s’exprimer en écriture, au moins un minimum! Mais je ne dit pas qu’il faut pas avoir du bonbon visuel, on aime ça, c’est notre "dada" principal après tout, le visuel! Un bon mixte des deux, ça se fais-tu??!! J’aimerais bien le croire… :)

  16. 16 Simon Éthier

    On dit d’un côté qu’une image vaut mille mots, et d’un autre, on en demande beaucoup, des mots.

    Au plan des articles techniques, les magazines de design ont un grand pas (que dis-je, un continent!) de retard sur des publications plus spécialisées: magazines de photo, informatiques, etc. À mon avis, Grafika se devrait de rester loin de tout ça et de ne pas essayer de critiquer logiciels et appareils, déjà mieux couverts dans d’interminables «reviews» et forums sur le net. Idem pour tout ce qui est de la gestion (contrats, etc.), il y a énormément d’information là-dessus ailleurs.

    Que reste-t-il? Montrer du design, d’abord (et ce n’est pas ici juste de la «friandise visuelle» comme le dit Jean-François. Et ensuite, des textes. Quels textes? L’univers du design graphique québécois n’a que minimalement publié. Nous avons déjà discuté ailleurs de la quasi-absence de publications des laboratoires de recherche/création de l’UQAM. Si le milieu universitaire, demandant et subventionnant, ne réussit que si peu à produire du contenu, qui le fera?

    Toutes les publications dont on a fait état ici discutent plus de branding ou de publicité (Klein, Cossette, Bouchard) que de design graphique. Et qu’a-t-on publié d’autre sur le design graphique au Québec? Quelques rétrospectives historiques.

    C’est beau parler d’un magazine textuel, mais qu’y mettra-t-on? Même si ce forum a environ une vingtaine d’habitués, qui publierait un article de 10 000, 20 000 mots et plus, avec recherche, parmi vous? Qui aurait le temps? Qui aurait l’inspiration? Même si on oblige les auteurs à ne parler que de contenu québécois? Ce forum a un niveau d’activité assez bas pour que j’en doute. Et ce n’est pas nécessairement mauvais. Peut-être qu’on n’a pas tant de choses à dire. Peut-être qu’on est occupés à autre chose.

    Et Grafika, dans tout ça? Je crois qu’il est à l’image du design graphique (et de beaucoup d’autres domaines) au Québec: petit, tricoté serré, ni trop faible, ni spécialement fort. Grafika est ordinaire, dans sa forme et son contenu. Grafika sera emballant le jour où le Québec aura un design graphique emballant.

  17. 17 Janick

    Simon, très intéressant tes points.
    Mais tu ne crois pas qu’il y a de la place à un peu plus de texte intelligent, pratique et réfléchi dans Grafika? Je ne parle pas de romans, mais un peu plus de JUS textuel? Je ne dis pas de diminuer les visuels, vraiment pas!! Mais un peu d’ajouter de récits, de découvertes, d’entrrevues, de débats textuels. L’un n’implique pas la disparition de l’autre, non?

  18. 18 LaMamzelle

    Réseau-Contact est très intéressant pour ça… Tu aurais peut-être plus de plaisir par là. Bref, à quoi ca sert ce genre de remarque?

  19. 19 Luce Beaulieu

    Je disais "merci" pour le sujet! ;-)
    J’ai pas le temps aujourd’hui de sauter dans la discussion, mais dès que j’ai une seconde, je plonge.

  20. 20 Janick

    Eh bien encore une fois, je me suis trompée… c’est 10$ moins cher AVANT taux de change pour l’abonnement au HOW (eh oui….. j’ai flanché!!! haha). Mais bon, pareil, c’est pas si loin des 56$ pour Grafika. On verra bien à l’heure du renouvellement de l’abonnement si j’ai changé d’idée…! :)

  21. 21 Bianca L.

    Très juste.

  22. 22 Luce Beaulieu

    Je suis convaincue q’il y a des designers québécois qui se posent plein de questions susceptibles de faire avancer notre profession. Cependant, je crois qu’il faut se sortir un peu de notre zone de confort, et oser. Même si le ton n’est pas exactement juste, malgré les fautes d’orthographes.

    Nous sommes tributaires des designers baby-boomers, appelés aussi "génération du non-dit". Mais OpO est la preuve que cette "loi du silence" qui a nécrosé tout débat pendant les dernières décennies (sauf dans le cas de Frédéric Metz, merci d’avoir été là), est en train de se dissoudre pour laisser la place à des débats sains et constructifs.

    Pour dialoguer, il faut commencer par avoir le courage d’avancer une idée.

  23. 23 francisco

    un support web n’est peut-êrte pas aussi rentable qu’une revue (quoique ça reste à vérifier: j’aimerais bien savoir combien d’argent gagne ou perd info-presse à chaque parution)

    mais c’est bien moins cher à imprimer aussi!

    allez les webs!

  24. 24 Janick

    Combien de vous le feraient (écrire dans Grafika sur un sujet donné)?

  25. 25 Luce Beaulieu

    Moi je l’ai fait, et je le referais.

  26. 26 Luce Beaulieu

    …alors profites de ton prochain passage pour avancer quelque chose qui serait publiable!

    À lire: http://www.fastcompany.com/desig...

  27. 27 Nelson Rouleau

    Certains commentaires dans le débat disent que notre petit marché donne de petites choses comme résultats. Sommes-nous si petit, si non-engagé ? Pourquoi la ICOGRADA s’est-elle donc installé à Montréal ? Nous sommes beaucoup plus fort qu’on le pense. Il faut que tous et toutes en prennent conscience et surtout s’impliquent. Le Grafika à sa place parmi les HOW et les C. Arts car nous pouvons nous distinguer des autres. En fait, nous le sommes déjà mais il faut le montrer. Comment ? Les grandes agences prennent beaucoup de place, mais c’est peut-être parce que les autres sont juste absents.

  28. 28 Janick

    Je ne sais pas si notre "tranche" de créatifs québcois est différente d’ailleurs, mais notre culture et origines le sont. Il y a moyen de se distinguer, et quand on compae Grafika à d’autres magazines d’ailleurs, je crois qu’on se distingue, ce n’est vraiment pas la même formule que les autres imprimés, ça c’est certain!

    Le hic, c’est de savoir si on se distingue de la bonne façon ou si on pourrait se dintinguer de façon à différente. De ma perspective à moi, le Grafika ne rejoint pas vraiment ce que plusieurs de nous sommes: créatifs et efficaces, mais de petites compagnies ou des indépendants. C’est bien beau se distinguer, mais si la formule n’attire et n’interpelle ni les indépendants et petits, ni les grands, c’est peut-être la mauvaise formule, non? (Je ne dis pas ici que d’autres magazines sont différents, mais peut-être ont-ils seulement un plus grand bassin de créatifs comme public cible?). Pourquoi le Grafika ne reflèterait-il pas toutes les "tranches" de créatifs québécois? On est le public cible après tout!

    Je n’ai pas l’impression que les autres sont juste absents Nelson. On est peut-être ignorés, car on n’a pas les moyens d’acheter des pages de pub entières dans le magazine. Mais c’est dommage car on a quand même les moyens de l’acheter, et pour ça, il faudrait que ça nous rejoigne un minimum!!

  29. 29 Janick

    Moi aussi je le ferais Luce, :).

  30. 30 Mickaël Carlier

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt tout ce qui s’est dit ici à propos de Grafika. Plein de bonnes idées, beaucoup aussi qui, malheureusement, doivent être confrontées à certaines réalités. J’en partage quelques-unes avec vous, histoire de remettre les choses en perspective.

    La principale réalité est économique bien sûr. Vous mentionnez les abonnés, mais le véritable enjeu se situe davantage du coté de la pub : c’est elle qui finance un magazine, la part issue des abonnés étant moins importante. Or, le petit marché francophone qu’est le Québec s’avère bien difficile à vendre auprès des annonceurs qui sont pour la plupart hors Canada et anglophones. De plus, les gros annonceurs oeuvrant en technologie (ordinateurs, logiciels, cameras numériques, etc) qui constituaient il y a quelques années une part importante du budget de Grafika s’adressent aujourd’hui majoritairement au grand public, et non plus à un lectorat professionnel spécialisé. Toutes les bonnes volontés doivent être remises en perspective et considérées selon ce contexte : nous n’avons pas la manne économique des marchés états-unien ou européen ! En outre, le magazine Grafika, seul, ne survivrait tout simplement pas sans les autres produits d’Infopresse.

    C’est d’ailleurs une des raisons qui nous a conduit à lancer la newsletter Grafika. L’objectif est d’y présenter des contenus diversifiés – et notamment internationnaux – grâce à un médium, à la fois complémentaire et plus souple que le magazine. Il en est de même des diverses disciplines du design que nous souhaitons couvrir davantage : le branding ne passe pas que par le design graphique, et il nous parait primordial que nos lecteurs puissent voir des exemples de créations en design d’objet ou d’architecture. Le rapprochement de ces disciplines est inéluctable (la SDGQ aussi l’a compris en tissant des liens plus serrés avec les autres associations), Grafika souhaite être de la partie. Le site Grafika.com en est encore à ses premiers pas ; il est amené à évoluer considérablement. Les commentaires sont les bienvenus.

    D’ailleurs, en général, les commentaires sont plutôt rares. Et cela se traduit par la difficulté à produire des contenus de « réflexion » dont il est question plusieurs fois ici. Nous l’avons tenté avec Jacinthe Pilote, mais il s’avérait si difficile d’obtenir des textes punchés et sujets à débats que nous avons dû l’arrêter. Dommage, ca nous semblait passionnant. Aujourd’hui, si ce genre de textes vous semble toujours pertinent, la question est : qui, parmi les intervenants québécois, veut – peut – les écrire ? Nous sommes ouverts à toutes les suggestions :-)

    Un autre point qu’il me semble important de clarifier concernant l’ensemble du contenu de Grafika : il ne s’adresse pas exclusivement aux designers, mais aussi et SURTOUT à leurs clients. Pourquoi ? Parce que ce sont eux qui passent commande, ceux sont eux qui font rouler l’industrie. Notre objectif, tant dans le magazine que dans nos conférences, est de les impliquer au mieux et de les aider dans leurs décisions d’affaires en ce qui touche leur image de marque. Et donc de faciliter la relation client / studio.

    Enfin, concernant la présence des « petits » studios dans le magazine, je le confirme (mais je sais que vous le savez déjà) : nous ne faisons pas de discrimination par la taille !! Regardez les derniers numéros : vous y verrez des créations du Bureau officiel, de Rita, de G Branding, de Bleu Outremer, de Feed, de Gefin Design… Des petites boites, pleines de talent et qui – très important – nous ont envoyé leurs pièces !! Bien sûr, il pourrait certainement y en avoir d’autres, mais on ne peut pas tout voir. Il est impératif que les studios nous tiennent informés de leur travail. Certains le font régulièrement, d’autres jamais ou très occasionnellement. Rien ne tombe du ciel… De plus, il est évident que certains studios apparaissent souvent dans nos pages. Et c’est normal : quand un designer indépendant produit une pièce, un Diesel ou un Graphème en produit vingt. La logique parle d’elle-même.

    Ce sont là quelques éléments qui, je crois, sont importants à mettre dans la balance dans ce genre de discussion. J’espère qu’ils vous éclaireront. Et puis, il faut aussi rappeler que Grafika n’est qu’un des acteurs du milieu du design, certaines initiatives doivent être considérées sous d’autres formes que celle du magazine. Ce blog en est un excellent exemple : le travail de la SDGQ, de l’équipe de Philippe Lamarre et de vous tous qui y écrivez participe grandement au dynamisme du milieu. Toutes ces voies doivent également être explorées et soutenues.
    Quoiqu’il en soit, la réflexion demeure ouverte, les idées sont toujours les bienvenues. Par courriel ou devant une bière, il y aura toujours place à discussion !

  31. 31 Jacques Lesage

    Ah! l’argent, que l’on déteste ce mot lorsqu’il est question de créativité. Et qui n’aimerait pas un Grafika de 100 pages tous les mois, mais au prix qu’on le venderait, on ne l’acheterait sans doute pas plus souvent qu’HOW.
    Avoir plus pour moins, n’est-ce pas un de mes clients qui pense tout haut ici?

    Dans son commentaire, Mickaêl Carlier n’apporte pas de solutions, parce que visiblement, on ne voit pas de problèmes. J’ai pourtant des interrogations, et pardonnez ma naïveté n’étant pas du «milieu», mais je comprends mal que l’on puisse du même souffle déplorer le manque de contenus, dit de réflexions, et supprimer le seul en place. Et pourquoi, le contenu de la «newsletter» (que je ne connais pas, il faut m’excuser, je sors peu) ne prendrait pas sa place à l’interieur du magazine, plutôt que de multiplier les supports?

    Par contre, j’ai toujours vu Grafika comme une extension un peu snob d’Infopresse. Un magazine en habits du dimanche un peu raide, justement à cause du manque de textes. Rien de tel qu’une page grise de mots pour reposer le nerf, le gros ou l’optique, de la fulgurance des lignes et couleurs qui tapissent le magazine.
    Je me demande d’ailleurs pourquoi les deux ne ferait pas qu’un? Contenus et visuels, n’est-ce pas ce que tous souhaites?

  32. 32 Janick

    Voilà Mikaël qui se joint à la conversation! Super! :)

    1- "il ne s’adresse pas exclusivement aux designers, mais aussi et SURTOUT à leurs clients." … Hum, c’est peut-être pour ça qu’on n’a pas nécéssairement un sentiment d’appartenance pour Grafika! Savez-vous environ quelle est la proportion (appriximative) des lecteurs clients VS lecteurs du domaine? Ça m’intrigue, sérieusement :)

    2- "Nous l’avons tenté avec Jacinthe Pilote, mais il s’avérait si difficile d’obtenir des textes punchés et sujets à débats que nous avons dû l’arrêter." … C’est EXTRÈMEMENT dommage. Mais j’y pense, peut-être de garder l’idée mais de la modifier dans un autre optique… Exemple: à la place de rechercher juste des textes nécéssairement punchés d’intervenants qui veulent écrire un page entière, peut-être qu’il serait possible de lancer un sujet sur grafika.com 2 sem. ou un mois avant l’impression d’un numéro disons, et d’inviter tous le monde à émettre un commentaire, leur opinion, etc. (Un peu comme le débat que le quotidien Infopresse avait lancé sur les commandites par exemple). De cette façon, plusieurs des extraits de ces commentaires pourraient se retrouver dans le magazine. Pas de "pression" à écrire de longs textes, base volontaire qui rejoint toutes les "grandeurs" d’intévenants, et survol de toutes les opinions possibles sur le sujet. C’est bien beau vouloir du percuttant, mais les opinions sont pas toujours percuttantes et pourtant souvent intéressantes, comme sur ce blog. Les thèmes pourraient même être proposés par n’importe qui qui participe aux débats! C’est faisable??

    3- Je ne suis vraiment pas contre explorer d’autres sortes de design dans Grafika. La chronique récente sur le nouveau siège social de ALDO, écrite par Mme Émission d. elle-même, était très intéressante! Juste assez de texte, et juste assez de photos! Je l’ai appréciée aussi car c’était pas un dossier de 20 pages sur le sujet!! Il aurait été intéressant de peux-être explorer l’identité globale de ALDO, par la même occasion, tant qu’à être sur le sujet et dans un magazine de design graphique en majorité! Ça ne me dérange pas si c’est pas une nouvelle identité de v’la 1 mois, c’est dans le sujet et ça "link" doucement au design graphique.

    4- M. Carlier… Je crois que je parle pour quelques uns quand je dis ceci: ON AIME LES SÉLECTIONS DU MOIS!!! On en veux plus, plus :)

    5- Le spécial du concours Grafika, en février. Tant qu’à le faire, peut-être que ça serait intéressant d’avoir une petite entrevue avec les grands gagants de quelques catégories…? La démarche, les contraintes, expliqué par ceux qui l’ont conçu. Quitte à retarder l’édition imprimée du concours au mois de mars/avril (retarder la diffuson des gagnants sur le site en même temps), pour garder l’effet de "surprise" des gagnants, mais ça permettrai de faire des mini-entrevues et de les publier.

    En voilà des suggestions! :)

  33. 33 Janick

    Personne d’autres? :)

  34. 34 Poil Brillant

    "Bon, peut-etre la prochaine fois… on a une pièce de Paprika ou de Epoxy à éditer… des bons clients à nous… HOT en plus !"

    Hahahaha je la trouve bonne, un classique. C’est bien reel. Voyons les points:

    A – Points positifs:
    – Pas cher l’abonnement;
    – Nouvelles sur le milieu, evenements, concours;
    – Les extras (hors serie);
    – Beau papier, nouvelle grille;
    – Des bons editoriaux;

    B – Points Negatifs:
    – Faut-il revoir la grille/format? Est-ce que le nouveau format entraine un cout plus eleve?
    – Besoin de variete (plusieurs sujets editoriaux etc)
    – Notes explicatives sur les nouveautes? Par ex. des details sur le dernier Photoshop CS2, ou qu’est-ce que ADOBE va faire avec Dreamweaver?
    – Gallerie "split" de pieces photo ou illustrations
    – Section Makeover, avant-apres plus pratique;
    – Details plus juteux sur certains sujets: choisir son imprimeur, stimuler la creativite;
    – Utiliser des sujets chauds qui ont provoqué des debats sur O.P.O.;
    – Pourrait-on marier Infopresse et Grafika? C.-a-d. si je pouvais me permettre, je lirais les 2 magazines, ou meme les 2 dans un seul… Les Medias et la pub ne vont-ils pas ensemble?
    – Le sommaire et/ou la couverture devrait annoncer mieux les sujets pour les reperer plus facilement;
    – Il manque le coin humour?


    Est-ce que ca aide? :-(
    L’idee de faire des numeros 2 fois plus epais est bien, ca ressemble a Communication-Art. On met tout ensemble, plus facile a chercher… Par ailleurs, j’aime bien le format Canadien du Magazine, plus attrayant pour mon Portefeuille, plus de substance.

    Y’a Qqes annees je voulais m’abonner a "ENTROPIE" mais je pense que ca a fait patate. C’etait vraiment hot, des editoriaux intello et mordants et une desinvolture, un design improvisé et anarchique, mais tres bien. Un genre de Punk Planet du petit journal etudiant, tordu, intelligent, drole et qui brise les regles.

  35. 35 Poil Brillant

    "Par ailleurs, j’aime bien le format Canadien du Magazine"

    Par la je voulais dire la version anglaise Nationale. Autant y’a des trucs uniques chez nous les francophones, autant les versions anglophones ont des trucs cool.

    Le plus gros probleme avec les Communication Art, HOW, LAYERS (ex-Mac Design) ou PRINT, ca coute un bras et demi. Pire encore, certains abonnements chez les americains nous chargent une surprime juste parce qu’on n’est pas aux USA-le prix en kiosque devient moins cher que leur abonnement??

    Enfin, certains Magazines (Computer Arts par ex.) sont chers et n’ont rien de bon si ce n’est que pour vendre un ou deux de vos trucs secrets de designer. Apres ca, Monsieur Joe Patate lis ca et se prend soudainement pour un Graphiste instantané ou un Webmestre "Crackle-Jack". Ta-da boum tch!

  36. 36 François-B. Tremblay

    J’ai souvent l’impression d’être passé au travers du magazine en quatre secondes et quart. Je ne retiens souvent que la sensation du papier. J’ai le sentiment de l’avoir déjà lu…

    Ça manque de dossiers sur les enjeux de notre profession et sur les très diverses conditions de travail. Juste le domaine des pigistes, c’est un monde! Ils pourraient aussi tenter d’intégrer des notions connexes à notre domaine. Comparer ce qui se fait ici par rapport à ce qui se fait à l’étranger. Faire des portraits de designer qui ont fait leurs marques. Ça pourait même être intéressant de voir des arbres généalogiques de designer… les agences où ils sont passés, les jobines, les campagnes qu’ils aimaient qui ont ratés et vice versa… Humaniser, quoi.

    Sinon, on pourrait s’inspire de Eye, le mag britannique qui coûte la peau du… mais qui est toujours étonnant au niveau des sujets. Et bien écrit. Ça fait un bail que j’en ai pas vu. Publient-ils encore?

    Je pense que notre « petit marché » est un prétexte facile. On trouve toujours des façons créatives de servir des clients aux petits budgets, ça prends juste des idées.

    Et tous le monde se connaît déjà un peu… les gens ne sont pas si avares à partir du moment où on leur donne une tribune sympatique…

  37. 37 Erick Marshall

    Comme plusieurs le disent, c’est vrai qu’il manque de quoi dans Graphika. Passer à travers une revue complète en environ une heure seulement, ce n’est pas vraiment intéressant.

    Pour ma part, j’aimerais bien que l’on puisse avoir des entrevues avec les petites compagnies, par exemple « Pourquoi un studio, tout petit et avec une bonne réputation, décide de rester petit? » Et pourquoi ne pas parler des Cegeps, Universités ou écoles privées qui offrent un programme de graphisme? On pourrait aussi faire une place aux étudiants finissants (comme moi) et leur donner un coup de pouce en leur permettant de montrer leurs projets? Ou, plus simplement, approfondir les sujets traités…

  38. 38 Marie Anne C.D.

    Un magazine comme ENCORE de magwerk est un bon exemple de ce qui pourrais ce faire comme magazine web au Québec, et pas seulement en design.

    http://www.magwerk.com/

  39. 39 Sébastien Théraulaz

    Wow, les zamis, on y va , on en veut plus, on se pose des questions et on aimerait que LE magazine Grafika fasse quelquechose. Personnellement je ne lis pas Grafika, je regarde parfois les images.

    Pourquoi ? (hein pourkoi ??)

    Parce que finalement je peux en un coup d’oeil voir ce que font les grosses boites du Québec – s’ils ont toujours les mêmes clients, les mêmes typo, la même bienscéance dans leur approche. Pour ça, j’adore Grafika. Pour le reste, je trouve des trucs expérimentaux, débiles, inavouables, inspirants, inattendus et osés ailleurs. Non pas que TOUS les articles, entrevues ou autres contenus dans Grafika soit pourri, non non, loin de là. C’est juste un peu «nombriliste», wow voilà ce qu’on fait ici et c’est vraiment le top, désolé mais j’aime le monde et des choses que je vois pas ici, j’aime lire sur des designers à Berlin, Tokyo, Milan, Paris ou Bombay. J’aime penser que le design graphique ne se limite pas à Montréal et une gang d’amis qui se donnent des tapes dans le dos et se disent qu’ils assurent. J’en ai rien à faire de lire ce que la directrice Marketing-Communication-Stratégie-Image de marque-Branding-Positionnement d’une grande chaîne de produits congelés a à dire sur le design graphique.

    Mais bon avant ça, il n’y avait rien (en tout cas on dirait?), alors tant mieux pour le chum du chum de la blonde qui a des zamis, qui voit les trucs des grandes agences et qui se dit que ça c’est de la bombe (pourkoi, parce que c’est dans Grafika), donc ici – au Québec – c’est un sacrée référence.

    Maintenant il y a un propos qui me dérange, c’est de dire que Grafika s’adresse aux clients des studios. Je ne veux surtout pas que ça soit le cas, parce qu’après ces mêmes clients vont penser que le design graphique se limite à ça ! Et il est loin de se limiter à des projets «corpo» super safe, des stratégies marketing débilisante qui crie «Achetez moi» ou des packaging de bière «Hype/branchouille» pour les minettes en mal de sensations fortes.

    Mais au moins, j’ai appris un truc aujourd’hui, il faut que j’envoie régulièrement nos trucs à Mickael (merci d’ailleurs pour le p’tit article sur votre site!), et sans doute dans quelques mois, j’aurai des dizaines d’articles dans Grafika et là, je serai enfin une référence vivante. —–>oooh comme j’ai hâte !!)

  40. 40 Luce Beaulieu

    OK, alors, on m’a proposé de faire partie du Jury Grafika de cette année. J’ai accepté, mais j’ai précisé que dans le texte d’intro qui décrira chaque membre du Jury, que je désire y inclure le fait que je n’ai jamais participé à aucun concours de graphisme à titre personnel, et que je ne crois pas aux concours de beauté. Cette année, les débats seront passionants, je crois…

  41. 41 Janick

    Ohhhh, une primeur :) Ahhhhh qu’elle a des convictions notre chère Luce, c’est vraiment beau a voir!!! :)

    J’ai reçu mon premier HOW. C’est bien ce que je disais, 55$ pas de taxes pour 6 assez gros volumes :) Àpres une édition (pas terminée encore à lire), je suis bien contente!!

    Je n’ai pas encore décidée si je renouvelle Grafika en décembre… ça approche, mais j’y pense :) Ma conscience d’encourager ce qui se fait ici tire fort sur le renouvellement, mais on verra en temps et lieu!!!

  42. 42 Poil Brillant

    PRINT Design. CAD 49$ + taxes. Non, mais c’est qui le "cave" qui va allonger quasiment 60$ pour un foutu magazine jumbo "resultats de concours 2005" ? Certainement pas un étudiant ou un pigiste. Quelle deception chaque fois. L’abonnement aux magz américains ? Pas trop souvent… Voyez, le prix en kiosque est presque le meme que l’abonnement USA (prix de l’abonnement plus couteux hors USA). Tu payes plus cher ton abonnement a LAYERS ou HOW juste parce que t’es au Canada.

  43. 43 Janick

    Ben oui mais que veux-tu, j’habite pas au USA (ouf, ça c’est plutôt quelque chose de positif si tu veux mon avis!). Quessé tu veux que je fasse? Que je fasse envoyer le magazine chez ma tante en Floride pis qu’elle mes retourne ici? Penses-y 2 secondes…

    Je revise ma position du début: si je suis "déçue" de Grafika à chaque mois, c’est que je l’accepte pas comme il est, mais plutôt comme il pourrait être. Mais ça c’est mon problème. Et je vais m’efforcer de changer cette façon de penser pour la 1ere option. Car c’est mes attententes qui font que je suis déçue, pas nécéssairement le magazine en tant que tel.

  44. 44 Janick

    Merci du commentaire Paul, mais je vois pas pkoi je changerais mon idée sur HOW juste pcq un designer américain connu aime pas le magazine!

  45. 45 Janick

    Je dis pas le contraire, mais je vais pas changer d’opinion juste pcq le designer en question pense autrement.

    On peut être jeune et non-influençable, tout en apprenant quand même des expérimentés et en écoutant les points de vues divers.

  46. 46 Martin L'Allier

    Un problème qui me frappe toujours, c’est quand je vois des gens en agence «conceptualiser» en pigeant leurs «idées» et leur stylisme dans les magazines… être au courant des tendances et de l’actualité, bien sûr. Mais pas copier ce qui se fait ailleurs.

    De toute façon, le plaisir réel c’est de trouver par soi-même!

  47. 47 Janick

    haha est bonne Paul!! :)

  48. 48 Luce Beaulieu

    Liste officielle des membres du Jury Grafika:

    Présidente du jury 2006
    Barbara Jacques, Feu Sacré

    Membres du jury
    Marc-André Rioux, Le Châlet
    Yves Testet, Bleu Outremer
    André Dubois, Marketel
    Thomas Csano, designer indépendant
    Luce Beaulieu, designer indépendante
    Étienne Bourque-Viens, Pixel Circus
    Sylvain Allard, enseignant, UQAM
    Michel Chanaud, magazine Etapes (France)
    Nathalie Binda, Coalision (Orage)

    3 filles, 7 gars….pfff….

  49. 49 Jean-Sébastien Dussault

    Et même pas d’ambigu(üe)s???
    C’est honteux.

    Blague à part, j’aime bien sa composition à première vue. Bel effort.

  50. 50 Marc Kandalaft

    Bonjour à tous,

    Je me permets de rentrer dans la discussion, malgré le fait que je connaisse mal Grafika. Je l’ai feuilleté qques fois et je suis abonné à la version électronique.

    Je pense que le principal problème EVIDENT est la taille du marché. Le Québec ne fait pas plus de 10 000 d’habitants, voire moins. Sur ces 10 000 tous ne sont pas francophones et combien sont dans nos métiers puis combien, qui le sont, s’intéressent vraiment, se sentent concernés et s’impliquent ?

    En France on a le magazine ETAPES qui a fait son chemin doucement… depuis 10 ou 11 ans environ.
    Il s’est énormément enrichi, développé depuis. Ce n’est pas nécessairement le magazine le + intéressant au niveau expérimental mais il a le mérite de nous tenir informés de tout ce qui se passe et il touche à beaucoup de choses différentes.

    En France aussi, on peut ressentir un manque d’implication parfois, que ce soit par rapport à la Maison des Artistes (l’organisme des artistes free-lance) ou le SNG (Syndicat National des Graphistes) qui a dû presque fermer ses portes alors qu’il a pour but de défendre nos droits.
    Mais bon en même, en France on a parfois des aberrations : le site qui est supposé nous représenter à le graphisme le plus médiocre que je n’ai jamais vu. Comment donner envie aux gens de faire partie de cette communauté si déjà visuellement on en a honte ! Enfin, on rentre là dans un autre débat.

    La différence ici est que le marché est plus large : 60 M contre 7 M, donc 10 fois plus !
    De plus ETAPES a créé, à travers Pyramyd (la maison d’édition) plusieurs concepts annexes et produits qui viennent enrichir et compléter le magazine :

    – Une série de petits livres qui résument le travail de designers connus (ils vendent ça aussi à l’étranger)

    Je vous laisse aller voir pour ceux qui ne connaissent pas déjà :
    http://www.pyramyd-editions.com/

    – Il y a aussi creabook qui permet à tous les free-lance qui n’ont pas de siteweb de se faire référencer tout en publiant leur portfolio gratuitement (ouvert aussi aux autres pays) : http://www.creabook.com/

    – ArtDesign : qui informe sur toutes les sorties de livres & publications…

    – Emploi-design : recherches d’emploi, annonces…

    – Une partie DesignInEurope qui parle des grandes tendances… etc

    Alors voilà. Je ne sais pas depuis combien de temps Grafika existe mais peut-être qu’il a tout simplement besoin d’atteindre son âge de maturité et d’élargir aussi ses horizons pour toucher un public plus large / des cultures différentes, TOUT en préservant sa particularité qui est d’être un magazine QUEBECOIS avant d’être canadien ou nord-américain ET en langue française.

    Il y a sûrement quelque chose à faire avec l’Europe également / la France plus précisément.
    Je trouve extrèmement dommage que par ici on ne voie presque rien de ce qui se fait au Québec (à moins qu’on aille fouiller par soi-même le net pour trouver des choses).
    Les français sont incapables de citer un seul nom de designer ou artiste québécois ou canadien, ou même une agence de pub. Alors qu’ils sont capables de citer qques metteurs-en-scènes, acteurs, chanteurs…

    C’est qu’il doit très certainement y avoir un manque de communication quelque part. Et à mon avis c’est le rôle des magazines, des éditeurs et aussi de nous tous, designers.

    Peut-être que le marché européen intéresse aussi moins les québécois que le marché US qui est plus proche et + accessible ?

    En tous cas, j’essaye de faire ma part en sensibilisant mon entourage sur le design au Québec, en mettant des liens sur mon site et en partageant tout ce que je découvre avec mes collègues.

    – Nouvelles villes de Design vient de sortir mais c’est probablement un des 1ers livres que je vois ici qui parle de Montréal, et en plus il ne s’agit pas de graphisme.

    – Il y a eu aussi l’expo "Main Design" mais ce n’est pas assez. Il n’y a pas eu suffisamment de pub autour de l’événement.

    Il y a un grand potentiel à Montréal qui n’est pas assez mis en avant. Je pense aussi qu’il y a vraiment quelque chose à mettre en place entre le Québec et la France.

    Pourquoi pas un livre dans le style de celui de Marc Choko sur le design au Québec, mais dans un esprit graphique beaucoup plus actuel et qui ne parle QUE du design graphique québécois ? Peut-être dans l’esprit de "Graphistes autour du monde" de Michel Bouvet, mais avec plus de contenu texte.

    J’avais pour idée de commencer à réunir des créations d’un panel très large de designers québécois pour ensuite faire une sélection des choses les + intéressantes, les + variées dans le but d’en faire une très belle publication. Et je pourrais être en mesure d’avoir des aides par mes contacts ici.
    Mon seul problème, comme pour vous tous je suis sûr, c’est le manque de temps, mais je n’abandonne pas l’idée.
    Réunir toutes ces ressources est presque un travail à part entière qui demande beaucoup d’investissement personnel, mais peut-être qu’à plusieurs cela serait possible ?

    Dites moi si cela vous intéresse…

    Ce sont là des sujets qui méritent bien sûr d’être davantage approfondis – Affaire à suivre.

  51. 51 Marc Kandalaft

    OOOpsss ! petite erreur de frappe, ne m’en vlouez pas.

    Je voulais dire 10 000 000 et non pas 10 000 habitants au Québec LOL

    C’est sûr qu’avec 10 000 Grafika va avoir beaucoup de mal !

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles