13 gourous et moi

La Société des designers graphiques du Québec (SDGQ) en collaboration avec le Publicité Club de Montréal (PCM) lance, le 28 novembre prochain à Montréal, une première soirée portfolio. Présenté par Corbis, l’événement sera l’occasion pour de jeunes designers et étudiants d’exposer leur talent et d’échanger avec une brochette de directeurs artistiques et de designers graphiques réputés provenant des bureaux les plus en vue de Montréal.

Au cours de la soirée, les 26 gourous (13 en pub et 13 en design) recevront en tête-à-tête et à tour de rôle environ 6 designers chacun.
Organisée à la manière du speed dating, la soirée promet d’être énergisante et sera l’occasion, pour les talents de la relève, de sonder leur avenir et de créer des liens avec les designers influents de la profession. (source: ipub.ca.cx)
Qu’en pensez-vous? Y serez-vous?


18 commentaires sur «13 gourous et moi»

  1. 1 Marc-André Boivin

    Sincèrement, j’aime beaucoup ce genre d’initiative, et j’espère vraiment que l’évènement sera un succès et qu’il aura suite.

    Mais bien que je comprends la nécessité de limiter les places et de trier les candidats au préalable, j’espère seulement que ce ne sera pas toujours les quelques mêmes qui auront l’occasion d’y participer.

    Bref, une autre raison qui me donne vraiment hâte de terminer mon BAC pour enfin déménager à Montréal, là où ça se passe.

    Car entre la job et les cours, c’est vraiment pas évident d’essayer d’aller passer un mardi soir à Mtl.

    Mais bon, c’est mon problème, et je demeure très content de voir cette action de la SDGQ (j’irai certainement pas chialer là-dessus), et j’ai bien hâte de voir les feedbacks de la soirée.

    À quand la foire annuelle du design graphique au Québec ? :P Mais sans blague, bravo à la SDGQ pour cette initiative, c’est du TRÈS concret et je crois que ça plaira à plusieurs, ne serait-ce que pour se côtoyer entre étudiants, juniors et seriors, ça risque d’être fort enrichissant.

  2. 2 Antoine Nonnom

    Belle initiative, oui ! Bravo !

    Mais je prédis une vague d’étudiants et de chômeurs, sans plus. Ça créera un malaise pour les gens avec un tout petit peu plus d’expérience, qui pourraient tout de même se questionner sur leur plan de carrière.

    Ceux qui sont sur le marché depuis, disons, 5 ans ne voudront certainement pas se faire évaluer dans le même bassin que des étudiants qui feront le beau pour un oui et pour un non.

  3. 3 Philippe Lamarre

    Pour répondre à Antoine, je crois que cette soirée sera surtout l’occasion d’avoir une variété d’opinions éclairées à propos de votre travail.

    Tant mieux s’il y a des étudiants qui présentent leurs travaux fictifs, et si des chômeurs sortent de chez eux pour essayer d’impressionner des employeurs potentiels, je n’y vois rien de mal.

    Si ça fait quelques année que vous êtes sur le marché et que vous aimeriez qu’on vous brasse un peu la cage (ou peut-être qu’on vous flatte dans le sens du poil), je ne vois pas pourquoi vous ne participeriez pas à l’événement. Vous avez lu la liste des participants? C’est la première fois que je vois une telle brochette de designers rassemblés sous un même toit autrement qu’au gala des prix Grafika. Et c’est moins cher…

  4. 4 fred

    Bravo, superbe de bonne idée!

  5. 5 Erick Marshall

    J’espère bien y participer. J’attends encore de savoir si je suis sélectionné. Je suis bien content de voir la SDGQ et le PCM s’unir pour cette soirée, puisque je suis de ceux qui croit que design et publicité ne devraient pas se dissocier. J’avais participé à «la soirée des portfolios» cette été et j’avais bien aimé l’expérience, malgré le fait que ce n’était qu’axé que sur la publicité.

  6. 6 Cr?

    Et la ville de Québec?
    On ne pourrait pas faire la même chose avec la ville de Québec.
    Organiser une soirée portfolio!
    Avec quelques boîtes de la vielle Capital National.
    La SDGQ est réservé seulement pour Montréal? Y a-t-il des gens de la SDGQ qui donnent un peu de pouvoir
    à cette ville?

  7. 7 Bruno Cloutier

    Et pourquoi pas?

  8. 8 Homer Mendoza

    Belle initiative, mais un peu cher. Cest-tu 30 $ de plus pour les pochettes de Corbis ou bien pour la SDGQ? J’ai beaucoup de respect pour le 13 gourous qui ont donné leurs temps mais comme étudiant (à l’UQAM), malheureusement, l’argent ne tombe pas du ciel. C’est 30$! 5 combos shish-taouk plus boissons! 30 $ pour avoir l’opinion de 6 (?) parmi 13 gourous? L’UQAM avait les mêmes initiatives l’année passé, ouvert pour tout le monde pour consulter trois gourous (Louis Gagnon de Paprika parmi eux) et GRATUIT.

    Let’s not forget the english graphic designers as well. I did not see a bilingual or english posters about the 13 gurus. The SDGQ promote themself in Dawson College every year. It’s sad that they encourage all graphic designers to join "the club" but not accomodate the minorities (meaning anglos). I find this sad.

  9. 9 Erick Marshall

    Et bien je n’ai pas été choisi par la SDGQ, mais au moins j’ai ma place avec le PCM. (Je suis quand même un peu déçus…) J’en profite aussi pour dire que la soirée des portfolio «I have an idea» qui eu lieu cette été coutait effectivement plus que le petit 30$. Le prix était de 40$ plus taxes et frais de services, soit environ 50$. De plus, je suis déçu du commentaire en anglais parce que premièrement si vous avez écrit ceci c’est que vous comprenez le français et que deuxièmement nous sommes au Québec.

  10. 10 Marc-André Boivin

    Homer et Monia, ne prenez pas ça comme une attaque, mais vivez présentement ce que les designers francophones nord-américains vivent à l’année longue, que l’on parle de publications, d’évènements ou de logiciels.

    Et ce n’est pas par méchanceté mais ça ne me déplait pas du tout que pour une fois les rôles soient inversés. Ils nous arrivent aussi de nous voir proposer des évènements, projections ou lectures exclusivement en anglais, à la grande frustration des étudiants exlusivement francophones.

    Mais je comprends très bien tout de même votre point de vue, et je ne veux aucunement lancer une guerre de clochers linguistique, je tenais seulement à ramener la réalité d’un francophone qui a eu à apprendre l’anglais.

    C’est seulement qu’en parcourant quelques réponses de ce sujet, ça m’a fait penser au client qui veut un site web de 100 pages, dynamique à 100%, en 3 langues, haut de gamme, mais en 1 semaine et pour 200$. :P

    Tout ça pour dire que pourquoi ne parlons-nous pas de ce que cet évènement apporte de positif dans sa forme actuelle, avant de parler de ce qui lui manque, surtout quand celui-ci n’a pas encore eu lieu.

    Il ne faudrait pas enlever l’envie aux gens de prendre des initiatives dans le petit monde du design graphique québécois.

  11. 11 Monia

    I just dropped in to check if I received any replies to my post, and for some reason it is no longer up! I don’t understand? Where did it go? I was no offensive or rude, I was just expressing my opinion.
    How can you censor someone’s opinion on a blog? A blog sole purpose is to allow people of the community to express how they feel on a topic.
    this is not right.

  12. 12 Bart

    I was also curious about how the issue Homer raised would be addressed. But it seems like his post has been removed! I’m very disappointed to see this. If this is the kind of biased censorship that the administrator performs, it makes me wonder if his critique or evaluation of peoples work would not also lean towards his own agenda!

    It’s 12:21 on tuesday, Nov 28
    let’s see how long until this post is removed?

  13. 13 Bruno Cloutier

    Je me posais justement la même question ce matin. Pourquoi?

  14. 14 Haddi Doyle

    Moi aussi j’ai remarqué que deux commentaires/opinions ont été enlever du blog. C’est drôle que le commentaire en anglais par Monia Poncik et celui sur la SDGQ de Homer Mendoza ont été enlevés. Quelles sont vos politiques envers les personnes qui ont des opinions qui diffèrent des vôtres?

    Two wrongs don’t make a right!

  15. 15 Jean-Olivier Noreau

    "Let’s not forget the english graphic designers as well. I did not see a bilingual or english posters about the 13 gurus. The SDGQ promote themself in Dawson College every year. It’s sad that they encourage all graphic designers to join "the club" but not accomodate the minorities (meaning anglos). I find this sad."

    La langue officielle et publique au Québec est le français, M. Mendoza. La Charte de la langue française stipule que les associations professionnelles ont l’obligation de communiquer en français avec leurs membres. Je n’ai pas vu l’affiche pour cet évènement, mais la langue d’affichage au Québec est également le français et je pense que cela doit expliquer pourquoi l’affiche était en français.

    Pour une affiche d’envergure internationale ou continentale, bien d’accord pour qu’une communication soit multilingue. Mais pour un évèvement national, voir même local… Faudra-t-il bientôt faire des affiches quadrilingues pour accomoder tout un chacun? On s’arrête où, à la sixième langue, la septième? Ridicule. Absurde.

  16. 16 Homer Mendoza

    M. Noreau,
    Je suis parfaitement bilingue mais je vais choisir de vous adresser en anglais.
    As I have said before, my opinion was not to open a discussion on the language issue (english vs french). Un commentaire enlevé par vous ou un de vos collègues. It was simply to point out that YOU PEOPLE, LA SDGQ, recruit students in Dawson College, an english institution, as well. As a collaborator of la SDGQ, you of all people should know this. You recruit english members, have the courtesy to address them in their language. Your are right, ridiculous and absurd.

  17. 17 Antoine Nonnom

    Oh my god / Oh mon dieu.
    Ce commentaire est tellement rétrograde. Et la tournure de la discussion est tellement malsaine.

    Personne ne demanderait une troisième ou une quatrième langue. Mais considérant qu’à Montréal (puisque c’est dans cette ville que se produira l’événement), la moitié des designers sont anglophones, il ne serait pas déraisonnable d’accommoder les deux sphères.

    Bien franchement, je ne sais pas pourquoi on en est venu à parler de langue. Dans la métropole, tout le monde se débrouille en français et en anglais. Et si ce n’est pas votre cas, tant pis pour vous. Vous perdez 50% des clients potentiels et 50% des sources d’information. Un peu de culture n’a jamais fait de mal à personne.

    Remettons les pendules à l’heure :

    La SDGQ n’a pas à faire de politique, donc elle ne prend pas position. La publication de cette affiche en français n’avait pas pour but d’exclure nos frères anglophones.

    Soyez professionnels : ce blogue n’est pas à saveur politique.

    Deux solitudes…
    À quand un mur sur le boulevard Saint-Laurent ?

  18. 18 Monia

    Jean-Oliver you are mis-understanding the point and taking the comments to personal. As a local designer we embrace the French language, and have no problem with it. We understand what the official language of Quebec is, this is not a language debate.

    We were wondering why the event was not promoted to ALL designers in the local markets. Homer and I are not afraid to attend French events in Montréal because we are bilingual, but we understand that some of our fellow designers might feel a little intimidated if they only speak English.

    A great event such as this one can really help a designer gain confidence in their work, and encourage them to improve. It’s not every day you get the opportunity to talk to the great designers of Quebec. They are “celebrities” in our small graphic design world. The event is targeting all designers in the local market, but is inviting visually communicates only to one section of the local market when it is only in French.

    Antoine hit the nail on the head! It is not the SDGQ to make political statements with their posters, but it would be nice to see the marketing material direct to their target market in both languages to encourage the attendance of English designers.


Commentaires récents

Catégories d’articles