Similitude

HP Change de logotype. Encore une autre entreprise qui retape son image de marque en utilisant la recette de bouton glossy. Cette déferlante mode ne semble pas vouloir tarir.

Mis à part cette esthétique de widget qui est devenue presque une action pré-établie dans Photoshop, le choix corporatif d’abandonner un ancien logo pour refaire une image de marque semble toute droit sorti d’une stratégie où le web est le nouveau territoire où s’identifier, et où il faut exécuter dans le conformisme de l’univers d’un Blackberry.

Est-ce seulement une refonte de la «membrane» du logo pour s’adapter aux écrans ou est-ce plutôt une renaissance de ces marques qui prennent le train web 2.0 pour y inclure des valeurs de participation, de convergence et d’interaction? Si tel est le cas, comment tant de marques peuvent-elles prétendre à ce positionnement et cette personnalité? Au-delà de la raison de ce rebranding et du traitement graphique de ces marques, on reste perplexe devant cet tendance vers la conformité.

Cette environnement corporatif ressemble un peu aux drapeaux du continent africain : sur 45 nations africaines, quatorze drapeaux utilisent le rouge, le jaune et le vert. Le drapeau du Mali, le Guinée, du Congo, du Sénégal et du Benin sont pratiquement semblables. Les grandes marques de ce monde vont-elle devenir aussi semblables?


23 commentaires sur «Similitude»

  1. 1 Catherine

    Hmn tel des parasite, ces logos poussent un peu partout comme quelque-chose d’éphémère qui ne pourra durer, victimes de leur propre succès trop vite arrivé et vite repartit. Les bases d’un logo sont la simplicité, la facilité d’impression, l’accessibilité ; trois règles que ces refontes viennent briser d’un coup de fouet.

    Ces drop shadows, reflets, gloss ou emboss ne pourront qu’avoir un effet pervers à long terme car ce n’est qu’une mode passagère. Combiens de temps cela durera-t-il? Les misent commencent dès maintenant…

  2. 2 François-B.

    En terme d’esthétique, ces logos « à effets » sont une passe passagère. Les gloss (etc.) vont finir par passer de mode, c’est évident.

    Mais le fait que les grosses corporations se donnent un look optimisé pour le web me semble incontournable. Dans certains segments, le premier contact pour la plupart des grandes marques passe par une expérience web. C’est leur vitrine la plus importante, peut-être pas en terme d’achat direct, mais en terme de recherche d’informations sur la marque ou sur le produit. Il est donc normal que plusieurs se lancent dans cette direction.

    La grande ressemblance tient au fait que ces logos montrés ci-haut sont compacts, très ramassés et surtout, très encadrés. L’avantage est clair pour ce qui est de placer un logo de ce type dans n’importe quel univers graphique. Mais en encadrant, en fermant les logos, on en fait aussi des forteresses moins accessibles, et moins humaines, les pires cas étant illustrés par UPS et Windows, qui sont totalement hermétiques. On ne peut « toucher » au coeur de la marque. Ce sont d’ailleurs des propositions très défensives, de la part de deux firmes qui perdent actuellement des plumes dans la perception de leurs marques.

  3. 3 Anonyme

    C’est de la différenciation… heun

    Remarque, Grand & Toy crop dans les caractères et n’utilise pas le potentiel du rond. Formellement, dans l’exemple ci-dessus, on dirait que G&T se sent obligé de suivre…

    À la limite, Windows aussi.

    So, who’s the trend setter?

  4. 4 Martin

    J’aimerais vous rappeler que cette tendance a été initiée, en grande partie, par Apple, marque vénérée dans le milleu du design …

  5. 5 Anonyme

    Voilà!

  6. 6 Anonyme

    filter/candyezed

    …filtre dans la prochaine suite créative.

  7. 7 Catherine

    Demeure qu’une chose que je demeure muete face à cette brochette de logo et bien d’autres que j’ai vu ailleurs, c’est le besoin absolu d’enfermer ce logo dans une bulle contrairement à Apple et d’autres compagnies… Est-ce un ajout nécessaire et quoi cela rajoute-t-il en terme de valeur?

  8. 8 Olivier Bruel

    Ayoye, je ne connaissais pas le nouveau logo de Grand & Toy ! Il est d’une grande maladresse, ce qui confirme l’absence de culture graphique de cette compagnie…

    C’est un excellent sujet, Marc, et on pourrait sans doute ajouter des dizaines d’exemples à cette liste. En plus d’Apple, le précurseur, je pense à certains constructeurs automobile comme Ford ou Fiat, et d’autres industries qui n’ont pas de rapport direct avec les nouvelles technologies.

    C’est sûr, la mode passera – en fait, elle est déjà passée – et l’histoire nous dira quels sont les logos qui survivent sans le gloss-effect…

  9. 9 François-B.

    Un des pires, c’est celui de Volkswagen. Comment détruire un logo parfait…

    De plus, le fichier vectoriel officiel est drôlement mal construit. Il est lourd, complexe et ralentit la production…

  10. 10 Anonyme

    Hey, faîtes un post sur le logo sidleesque de musique plus, il manque un plaster dessus…

  11. 11 Anonym

    En effet, on dirait une station « rave » avec ce type de traitement 1995

  12. 12 Jean-Sébastien Dussault

    Si je ne me trompe pas, le logo d’HP n’est q’un traitement temporaire pour une campagne télévisuelle. Toutes leurs communications (autre que télé) et site web demeurent avec le logo « oscilloscope ». À ma connaissance, aucun message de leur part n’a été émis, non plus, au sujet d’un changement de logo.

    Le look+feel de leur campagne télé fait très « Harry Potter » (en plus, c’est les mêmes initiales), et le timing tombe à peu-près dans le temps où la promotion du film aurait commencé s’il n’avait pas été déplacé à l’été prochain.

    Du « wake riding » manqué?

  13. 13 fran6co

    vraiment Apple aura laissé sa marque, et pas seulement dans le monde de l’informatique

  14. 14 anonyme
  15. 15 fran6co

    et parlant de logos animés

    http://en.swisscom.ch/residential

  16. 16 Olivier Bouchard

    Je pense que certain devront refaire leur devoir ici. Ces logos « web 2.0″ ne sont qu’une nouvelle manière pour les marque de communiquée. Les compagnies ne change leur logo, elles utilisent le potentiel du web afin de donner une version plus lèchée et attirante (et ça marche).

    Le logo de volkswagen n’a pas changé. Il a simplement adopté une nouvelle allure, peut-être temporaire, mais certainement actuel. Ne soyer pas inquiet, ils utilisent probalement leur « vrai » logo sur leur fax et pour se faire des chandails sérigraphiés.

    Il faut simplement voir ces représentation comme étant une nouvelle version de l’identé visuelle, au même titre qu’une version monchrome, CMYK, RGB, PMS, en niveaux de gris,…

    De plus, avec les possibilité qu’offre l’imprimer maintenant, il est très facile de repoduire ce style en CMYK.

    Bonne journée.

  17. 17 André Lavergne

    Ailleurs sur le web, le même constat…
    Voici une image tirée d’un commentaire sur un sujet de discussion similaire du blog Brand New :

  18. 18 Olivier Bruel

    Crise de maturité : les créatifs retournent à leur jeu de billes ! :)

  19. 19 Martin L’Allier

    Des tendances, des requêtes et l’expression des préférences des clients… Ce n’est pas si différent des années 60-70 où les designers utilisaient la police Helvetica pour presque tous les projets d’identité… Le graphisme c’est aussi une affaire de mode, non? Puis les designers sont des petites bêtes bien influençables ;¬)

    Il est à souligner, comme l’écrit Olivier Bouchard, que plusieurs des logos montrés ne sont en fait que des éléments complémentaires au logo «officiel».

    Plusieurs de ces entreprises fabriquent des produits électroniques (consoles de jeux, photocopieurs, cellulaires, …), qu’elle bonne idée de rendre le logo (l’élément graphique) sous la forme d’un bouton de démarrage ou d’action. L’utilisateur renforce son rapport avec la marque en interagissant avec elle physiquement (littéralement).

    Sur le logo de UPS (la version de Paul Rand, quand à moi, avait fait son temps et la marque avait besoin d’un sérieux coup de mise à jour… t’sé quand tu es en brun….). Et si on regarde la version de 1937 (http://www.logoblog.org/ups-logo.php), il y avait déjà des effets visuels appliqués. Calmons-nous la déïfication de papi Paul Rand et de ses œuvres «intouchables», zi vous plaît…

  20. 20 André Lavergne

    Je ne vois pas, dans la discution ci-haut, la déïfication à laquelle tu fais référence, Martin. Nous faisais-tu part simplement d’un « beef » personnel?

    Au sujet de ce logo, personellement, à mes yeux sa ‘mise à jour’ n’a pas forcément été une amélioration. Je ne sais pas ce que l’ajout d’un « swoosh » et d’un effet de volume contribue réelement à cette marque. Quand au choix de typo (on dirait du Dax avec un ‘s’ emprunté à son papi Gill Sans), ces 2 polices m’ont toujours semblées des fashion-victimes flagrantes de leurs époques respectives. Sans être un groupie de Monsieur Rand, je peine à croire que cette nouvelle incarnation vivra 42 ans.

    Que faut-il comprendre à la tendance qu’on observe ci-haut? Bien que certaines applications peuvent se défendre (comme l’explique Martin), il reste que la rigueur du design (et parfois le graphisme lui-même) peut rester douteux. La boule Sony Ericsson a-t-elle un sens ou est-ce seulement une sorte de « bling » techo qu’on gratte du doigt en faisant un appel? Au lieu de la différencier, la boule Xerox n’homogénise-t-elle pas davantage cette compagnie? Pourquoi une entreprise souhaiterait-elle être représentée par une boule parmis tant d’autres?

    Les logos ont longtemps eu des incarnations 3D, dans la signalisation ou sur le mur derrière la réceptionniste au bureau chef. Ce qui est nouveau (et interessant) c’est que cette incarnation s’étende soudainement sur d’autres supports, dont certains en 2D.

  21. 21 fran6co

    C’est maintenant avec les nouvelles technologies (impression instantanée, email, quicktime) qu’il est possible d’envisager un logo dont l’application PRINCIPALE est en couleurs, avec dégradés et effets d’ombre et de reflets. Il y a si longtemps, du temps de ma jeunesse, un logo devait avant tout être fonctionnel en noir et blanc, à cause des fax, des photocopies, etc. C’est ce qu’on nous a appris à l’école, du temps d’avant les impressions couleur CMYK en bas de 10 dollars la page.

    Aujourd’hui on peut mettre un jpg dans le footer de son email, alors pourquoi se priver ?

    Les avancées visuelles sont à la remorque des avancées technologiques, et un logo se doit d’être un reflet, que ce soit de l’entreprise ou de son temps. Il est un signe auquel les gens doivent appartenir, il doit donc séduire et «être beau» avant tout. Et appartenir à l’esthétique de son temps. Je ne dis pas ça parce que je suis d’accord, mais c’est ce que je constate. En fait je pense qu’un logo peut être n’importe quoi, tans que ça correspond d’une façon ou d’une autre à ce que ça représente. C’est l’usage, la relation avec l’entreprise, le temps, qui en font la valeur – ou la pauvreté. Pas sa forme en soi.

    On peut en discuter longtemps, mais ça me fait penser à ce vieux dicton :

    - Why do dogs lick their balls ?
    - Because they can.

  22. 22 François

    Bonjour amis québécois

    Pour info, voici le nouveau logo du « pôle emploi » français :
    http://fr.wilogo.com/blog/2008/voici-le-logo-du-pole-emploi-normalement/

    un air de déjà vu avec tous ceux précédemment cités…

  23. 23 Tata

    C’est très quetaine. Ces logos n’ont pas l’air sérieux. Ca fait trop « bubulles » de gomme baloune. C’est ok pour des icônes pour écrans et encore… Certains se raprochent de l’esthétisme des jeux vidéo, et c’est pas un compliment.

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles