Le mauvais design tue


Comme un zeste de citron sur une plaie ouverte, le site BadDesignKills.com propose des outils pour une campagne de critique du graphisme ambiant. Reflet ironique du slogan «good design sells» des années 60, l’initiative proposée par le graphiste états-unien Von Glitschka se veut une réponse à l’invasion des logos plagiés à 29,95$, mais aussi à l’agression clip-art. Double objectif: d’un côté se moquer de l’ignorance et de la course aux bas prix auxquels les professionnels font face, mais aussi de susciter l’attention publique sur ce qu’est le mauvais design.

Celles et ceux qui souhaiteraient participer peuvent le faire en soumettant leurs pièces (affiches, autocollants, …) – tous les détails sur le site.

Désirant sans doute maintenir une approche non limitative, l’auteur de BadDesignKills.com n’offre aucune définition de ce que serait le «mauvais design» (autrement qu’en parlant du clip-art).

Ou, préfère-t-il vous laisser faire ce débat?


19 commentaires sur «Le mauvais design tue»

  1. 1 Philippe Lamoureux

    Ce n’est pas parce que je connais mon alphabet que je suis nécessairement écrivain. Si ceux qui ont copié Photoshop et se croient designers parcequ’ils ont appris à taponner deux ou trois trucs dans des logiciels de graphisme et utilisent les clip-arts et bien je vous dis bonne chance dans le métier, en passant j’en ai vu une fois dans le book de quelqu’un en entrevue…sans commentaire.

    Je crois sincèrement que de tenter de faire croire aux gens que ce genre de «crap» peut nuire à notre métier serait idiot. De la merde en design c’est comme des Dolaramas, il y en a partout et on y trouve des adeptes. Le mauvais design c’est l’équivalent du fumier au plan de tomates, sans lui le bon design ne serait pas aussi bon.

    Pour ce qui est de la définition d’un mauvais design…un seul mot…Lada

  2. 2 Rick

    Ouais, j’ai deja connu un homme qui s’est retrouvé avec un poste de Senior-slash-directeur de creation. L’individu ne connaissait que des trucs sur Photoshop (PS) qu’il avait trouvé dans des sites Web. Il faisait du Web aussi. Les cloches ont sonné dans ma tete quand j’ai su qu’il ne connaissait rien au vectoriel, rien du tout.

    Sympa le lien de Bad Design. J’ai deja eu l’une des idées; j’ai dessiné des logos de compagnies fictives avec des noms affreux, comme "Flush Design" et autres. Je pourrais nommer les autres si ca vous branche. Humour de nerd…

    Par ailleurs, je vois aussi le phenomene des clients qui demandent du visuel spécifique (Stock Photo) mais ne pensent meme pas au fait que c’est une depense en soi. Et puis, les petits clients n’engagent que rarement des photographes.

  3. 3 Paul-André Urbain

    Quelle est la définition du bon design et quelle est celle du mauvais design?

  4. 4 Jean-Sébastien Dussault

    Je serais porté à dire qu’un mauvais design, à la base, en est un qui ne répond pas aux besoins du mandat. Ça n’a rien à voir avec la "beauté".

    J’ai déjà vu des logos cookie-cutters qui pouvaient bien représenter certains clients, mais ça ne veut pas dire que c’est un bon design. C’est juste de la chance. Un bon design nécessite un processus de création dédié à une "problématique" spécifique.

    Un bon design utilise une composition, des composantes et un concept pour faire passer un message.

    Finalement, un bon design serait-il simplement une pièce dédiée qui fait bien passer le message?

    Bon, c’est pas tout, ça. Il faut que je retourne à mon design de template Word…
    ;)

  5. 5 Alexandre Saint-Jalm

    je suis d’accord avec Jean-Sébastien, le mauvais design n’a rien à voir avec la beauté, parce qu’il y a un marché pour le laid et le beau. Pour moi, le bon desgin doit etre original, clair et surtout didactif.

    Pour ce qui est du site web, je trouve très dommage que cette initiative soit très hermétique (language visuel de graphistes).

  6. 6 Rick

    Alex marque un tres bon point, j’ai aussi pensé a ca. Les clients peu éduqués vont manquer le message, qui s’adresse a eux dans un sens. Je n’ose pas m’étendre la-dessus; hermétique me semble le bon mot. C’est comme un "inside joke" de designer. Belle idée quand-meme. Viva la revolution!

  7. 7 Laurent Rabatel

    moi j’aime les Lada

    Au moins la Lada ne ment pas sur sa valeur à la différence de beaucoup de produits qui ne font qu’ajouter de la poudre aux yeux.

  8. 8 Mathieu Blache

    moi j’aime les lamas

    Au moins le lama ne ment pas sur sa valeur à la différence de beaucoup d’animaux. À la limite il vous crachera au yeux.

  9. 9 Philippe Lamoureux

    Je suis d’accord avec toi sur le point que la Lada ne ment pas sur sa valeur négative mon cher Laurent, cependant la Lada ne répond pas à son à son intention de création soit de transporter les gens sans que ça pète. Voilà ou ça ne va pas. Qu’elle soit belle ou non on s’en fou car son degré d’esthétisme n’est qu’une valeur ajouté.
    C’est exactement la même chose pour le design. C’est pourquoi mon propos rejoint celui de Jean-Sébastien.

  10. 10 Simon Éthier

    Si on parle de voitures, le degré d’esthétisme n’est qu’une des facettes de la valeur ajoutée, si bien qu’il est difficile de tracer où s’arrête la stricte fonction et où commence la valeur ajoutée. Je m’explique. La fonction première est de se déplacer. Est-ce que tout ce qui dépasse le déplacement est superflu? Non. Une voiture a d’autres fonctions plus indirectes, qui font partie d’une zone grise entre fonction «pure» et valeur ajoutée: la protection des intempéries, des autres utilisateurs de la route, la radio, le confort des sièges, le statut social que le véhicule communique, les performances (qui dépassent le cadre du simple déplacement). Il s’agit ici de plusieurs fonctions du même objet. Certains accordent une plus ou moins grande importance à ces fonctions secondaires, inhérentes au véhicule automobile (car les autres véhicules ont la même fonction primaire, le déplacement).

    La valeur ajoutée n’est que la différence de valeur entre un bien vendu plus cher et un autre de prix moindre. Pour qu’il y ait échange, le vendeur doit trouver que la valeur ajoutée est inférieure à la différence de prix, et l’acheteur doit trouver que la différence de prix est moins importante que ce que la valeur ajoutée lui promet. La valeur ajoutée est nécessaire à tout échange de valeurs, point à la ligne. Même le bien (ou le service) le moins bien conçu, le plus «cheap», le plus strictement fonctionnel n’échappe pas à cette règle.

    Au fond, la fonction «pure» n’existe pas, car l’objet a une existence matérielle matérielle et a, de ce fait un degré d’esthétisme. Les solutions du design sont à l’image de l’humain, c’est-à-dire incomplètes et imparfaites. Nous devons les prendre chacune dans son ensemble. La forme est indissociable de la fonction, et cette interdépendance est réciproque, selon moi.

  11. 11 Simon Éthier

    Et non, qu’elle soit belle ou non, on s’en fout pas. La forme communique, s’adresse à un public cible. Cette communication est une fonction essentielle.

    Laurent, je ne crois pas qu’aucune compagnie ne mente de façon évidente et délibérée sur la valeur de ses véhicules. Ce que vous considérez comme de la poudre aux yeux est important pour d’autres. (Le sympathique vase dans les New Beetle, par exemple.) Cependant, cela ne nous empêche pas de faire la promotion des caractéristiques conformes à nos valeurs de façon prioritaire.

    Si Lada n’a justement jamais décollé ici, c’est que la compagnie n’a pas réussi à prouver que la valeur ajoutée des autres compagnies n’est que «de la poudre aux yeux». La fiabilité, ça fait partie de la valeur ajoutée…
    D’autres compagnies, Renault-Nissan et les constructeurs chinois par exemple, pourraient par contre bouleverser notre marché d’ici peu en offrant des véhicules plus fiables au même prix que les Lada.

  12. 12 laurent Rabatel

    Nous avons réussi à parler de Lada et de Design. Fort !

  13. 13 Paul-André Urbain

    Le mauvais design qui tue ? le sujet.

    La Lada a telle tuer autant de monde que ça ?

    Il y a le bras mélangeur Braun (Allemand), les statistiques sont très secrètes. Il y a quand même l’histoire du ti-cul de trois ans qui a pris le mélangeur et qui a fait comme son père avec son rasoir, l’a branché et pour faire comme sa mère fait avec son père, l’a mis dans sa bouche…

  14. 14 Jean-Sébastien Dussault

    Plusieur designers amènent souvent des exemples d’étiquettes de pillules mal conçues qui serait à l’origine de morts duent à une mauvaise utilisation.

    Il y a aussi le design des bulletins de votes de la première élection de George W Bush. Ça a tué pas mal de monde, ce design là…

  15. 15 Norbert Gergaud

    J’ai pu observer que beaucoup de designer commence par l’aspect esthétique pour finir avec l’aspect communicationnel.
    Un designer est quand même un communicateur oeuvrant souvent en relation avec la publicité et le marketing.

    Je ne sais pas pour vous mais moi je considère TOUTE LES MISES EN PAGE BELLEs et préfère parler d’esthétisme.

    Un prof des beaux arts m’a dit un jour : « Norbert, cherche pas à rendre ça beau, trouve d’abord une bonne idée et après tu la rendras esthétique». Voilà une phrase qui me paraît répondre à la question du mauvais vs bon design .

  16. 16 Von Glitschka

    Excusez-moi si mon Français est incorrect. Je fais le meilleur je bidon avec un traducteur marginal. J’ai essayé de lire par vos poteaux et je pense je pouvais comprendre que la plupart des choses chacun dit sans quelques uns que je n’ai pas compris.

    Le site de BadDesignKills.com est un effort de collaboration entre environ 5-6 créateurs. Nous avons spécifiquement évité n’importe quelle ‘définition ‘spécifique de ce qu’est la mauvaise conception. Et c’est parce que c’est art de l’auto-portrait évident. Il y a des principes fondamentaux qui composent la bonne conception et la pierre de chapeau dans la voûte du ce est le concept. Mettez tellement simplement le dénominateur commun dans la mauvaise conception est manque d’un concept bien exécuté cohésif.

    Le site n’est pas pour le non-créateur. Il est pour que le créateur
    professionnel utilise et à contribue à et pour avoir de l’amusement
    avec le contenu dans votre propre sphère d’influence. Laisse le
    visage il, la mauvaise conception sera toujours autour et la meilleure
    voie de la défaire est de s’assurer votre ne pas la faire vous-même.
    Je vous encourage des types à contribuer au site. Qui obtient jamais
    leur soumission reçue obtient un t-shirt libre.

    J’apprécie votre feedback.

    Von

  17. 17 Philippe Lamarre

    Wow! Même en utilisant le logiciel de traduction de Google il écrit mieux en français que la plupart des participants à ce blogue. ;)

  18. 18 mat.

    Il va se faire des idées. Ne l’écoute pas Von, j’ai le malheur de t’apprendre que ton ton message est totalement incompressible.

    Es nicht hört Von, ich habe das Unglück, dich zu lernen, daß deine deine Mitteilung gänzlich nicht zusammendrückbar ist.

  19. 19 Golinski

    Les plus grands graphic designers se réfèrent aux fondamentaux du design, tels que la culture de l’altérité, la transparence des buts, le respect de l’homme et de la nature, l’innovation originale, la simplicité comme ascèse. Le design est une intention avant d’être une réalisation. Le design ne peut utiliser des voies corrompues, sinon on peut créer de beaux uniformes nazis.

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles