l’ADISQ et le design graphique

Adisq

Saviez-vous que l’ADISQ récompense chaque année un designer dans la catégorie «pochette de disque de l’année»? Cette année, c’est le travail de Michel Rabagliati qui a été récompensé pour la pochette de La ligne orange de Mes aïeux, Disques Vicoire. Malheureusement, l’ADISQ ne mentionne jamais les crédits de design dans ses communiqués.

Les retombées medias filent donc entre les mains des designers. Les récipiendaires apposent le sticker «Gagnant d’un Félix» sur leur pochette, souvent sans mentionner la catégorie récipiendaire. Ce mérite n’a rien à voir avec le talent musical ou sa mise en marché, mais plutôt au talent du designer. C’est le même cas de figure pour les catégories vidéoclip de l’année, site internet de l’année, etc. Par contre, les catégories de sonorisation, prise de son et mixage, équipe de relations de presse sont tous créditées. Pourquoi les designers tombent-ils dans la craque?

Je suis sur que les disciplines de création (musique, design, art) profitent à travailler ensemble. Il serait juste que l’ADISQ célebre le mérite de tous les artisans de leur industrie.


0 commentaires sur «l’ADISQ et le design graphique»

  1. Aucun commentaire

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles