Les fontes préférées d’André Simard

Pendant les trois décennies qu’il a dédié au design graphique, André Simard s’est consacré à la recherche de solution typographique idéale pour ses clients. Le résultat de sa méticulosité s’est transformé en passion et en respect des formes typographiques et de leurs variantes stylistiques. En 2005, il entama la transition d’utilisateur à créateur de fontes en dessinant ITC Migration Sans. Il est aussi le créateur d’Harfang Pro, une famille de caractères de type « hybride » située entre une garalde et une mécane.

Nous avons rejoint André, chez lui, à Rouyn-Noranda, et nous lui avons demandé de nous identifier quelques une de ses fontes préférées.

Belle histoire que celle de la fonte Cartier, un des premiers caractères canadien. Amorcée par Carl Dair en 1958, elle fut officiellement diffusée en janvier 1967 lors de la commémoration la Confédération canadienne. Le dessin de ses caractères fut corrigé et complété par Rod McDonald qui put en tirer un dessin à la fois élégant et séduisant. Son italique est superbe.

L’Agenda, une linéale humaniste tout en rondeur, possède de belles caractéristiques, comme la finale courbée du « l » qu’on voit également sur le « a » et le biseau sur le « e » L’étendue de cette famille en fait un caractère complet, agréable et efficace. Dessinée par Greg Thompson, cette police est inspirée de la fonte du London Underground (Edward Johnston) devenu plus tard le Johnston.

J’avais oublié le côté provocant de Base, une linéale avec empattements, dessinée par Zuzana Licko d’Emigre. Cette fonte possède une personnalité ambivalente, ses empattements anguleux et ses cassures s’opposant fortement à celles de ses courbes parfaites. À redécouvrir.


1 commentaire sur «Les fontes préférées d’André Simard»

  1. 1 Nathalie Dumont

    Devrait se lire Carl Dair et non Carl Dail. Je reste sur mon appétit. ;)

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles