Supportons Claude Robinson

photo archive

Claude Robinson est un citoyen du Québec, créateur et illustrateur, qui lutte presque seul depuis 15 ans contre des multinationales sans scrupules de l’industrie du cinéma et de la télévision qui ont volé et exploité son travail.

Le site web de l’Opération Claude Robinson vous permettra de vous familiariser avec cette affaire, d’en saisir l’historique et d’en suivre le développement. Nous souhaitons qu’il vous permettra de mieux connaître ce créateur de talent et ce citoyen doté d’une détermination hors du commun. Ultimement, nous espérons que, vous aussi, vous aurez envie de devenir un ami de Claude Robinson et aurez envie de l’aider. Bien qu’on ait amassé plus de 260 000$ jusqu’à présent, cela ne signifie en rien que ce soit suffisant pour l’énorme défi qui attend M. Robinson.

D’un côté, Claude Robinson, un créateur talentueux et respecté, déterminé à prouver le plagiat de son œuvre, Les Aventures de Robinson Curiosité. De l’autre, des multinationales représentées par une batterie d’avocats : Cinar, et ses administrateurs Ronald Weinberg et feue Micheline Charest; la société de production France Animation, son administrateur Christian Davin et le producteur exécutif Christophe Izard; la multinationale allemande Ravensburger Film et sa société de production RTV Family Entertainment.

David contre Goliath. En fait, David contre plusieurs Goliaths que le juge Claude Auclair, de la Cour Supérieure du Québec, n’hésite pas dans son jugement à traiter de “bandits à cravate ou à jupon” dans certains cas, ajoutant : “Leur conduite des affaires est basée sur la tricherie, le mensonge et la malhonnêteté. (…) Même au cours du procès, ils ont persisté à dissimuler leurs actes répréhensibles.” Dans ce combat inégal et démesuré, il aura fallu 13 ans d’enquête à Claude Robinson pour faire la preuve du plagiat de son œuvre, les dépositions de plus de 40 témoins, 20 765 pages de documents divers, 23 interrogatoires au préalable déposés, 4 expertises, plus de 53 heures de visionnage d’épisodes divers et une commission rogatoire en France. Ses adversaires multiplient les délais, les obstacles et les objections pour venir à bout de sa résistance.

“Des années infernales pour lui et ses proches”, écrit le juge Auclair. Années qui l’ont laissé physiquement et psychologiquement meurtri ainsi que lourdement endetté.

Le 26 août 2009, la Cour Supérieure du Québec reconnaît enfin que son œuvre a été plagiée par les dirigeants de Cinar et leurs complices, qui ont mis la série Robinson Sucroé en ondes dans plus de 160 pays, et les condamne à payer 5,2 millions de dollars à Claude Robinson. Une fois les avocats payés (plus de deux millions de dollars à ce jour) et ses multiples dettes remboursées, Claude pourra-t-il enfin retrouver une vie normale et rattraper une partie du temps que lui ont volé Cinar et les condéfendeurs ?

David a gagné la première manche, mais il est loin d’avoir gagné la bataille. Quelques semaines après le jugement, les défendeurs annoncent qu’ils iront en appel et qu’ils demanderont une révision à la baisse des dommages. Leurs quatre bureaux d’avocat ont consacré 120 heures chacun à éplucher le jugement et à rédiger leur mémoire. La cause devrait être entendue à l’automne 2011.

Pour poursuivre son combat, Claude Robinson a besoin de notre aide à tous et à toutes, et la SDGQ vous encourage à le soutenir dans sa cause.


0 commentaires sur «Supportons Claude Robinson»

  1. Aucun commentaire

Commenter cet article


Vous devriez vous connecter ou créer un compte pour laisser un commentaire.





Commentaires récents

Catégories d’articles